En mars, je me suis rendu en France au salon Solutions Linux. J'ai assisté à l'assemblée nationale, avec les copains de l'APRIL et de la quadrature du net, à deux soirées de débat parlemantaire sur la loi HADOPI. É-di-fiant !!! Une claque citoyenne !!!

Des simulacres de débat. Une ministre de la culture (Me Albanel) et un rapporteur (M Riester) accumulant contre-vérités et approximations : des discours dénués de raisonnement voire franchement incohérents. J'étais là quand Me Albanel nous a expliqué qu'HADOPI ne repésentait pas un danger pour les logiciels libres , pour preuve l'utilisation de logiciels de sécurisation comme le parefeu d'OpenOffice!!!

Tout aussi ridicule, le rapporteur a expliqué que les DRM permettent l'intéropérabilité !!!. Incompétence, ignorance, bêtise, manipulation des masses populaires que nous sommes par des dirigeants eux-mêmes manipulés par des lobbies ?

Un député de la majorité, indigné du fait que Google pour des requêtes sur des noms d'artiste, ne renvoyait pas en premières positions des sites commerciaux de téléchargement légal proposait que l'on fournisse aux moteurs de recherche des listes de sites à exclure ou à placer en tête des résultats !!! Risible ?

Finalement, malgré une opposition présente et qui semblait davantage appréhender les enjeux et les réalités du débat, la loi HADOPI, malgré son caractère probablement anticonstitutionnel est passée dans les conditions anti-démocratiques que l'on sait.

En même temps, le gouvernement s'attaque au fonctionnement de l'assemblée nationale, à l'éducation, à la médecine, à l'enseignement supérieur et à la recherche...

Next Step : la loi LOPPSI2

Au niveau informatique et surveillance des citoyens, on est en train de passer encore au stade supérieur. La loi HADOPI, sous couvert de lutte contre le téléchargement illégal, permet :

  1. la surveillance des échanges (donc interdit la confidentialité)
  2. la transmission à des entreprises privées du pouvoir de sanction sur des citoyens ou d'autres enpreprises (c'est à dire sans aucune consultation d'un juge ou d'une autorité publique).

La loi LOPPSI2, sous couvert de lutte contre la pédopornographie, va permettre

  1. le filtrage des contenus sur l'internet (donc la censure)
  2. l'installation de mouchards sur les postes et les réseaux.

L'utilisation de ces dispositifs de sécurisation ne sera pas réservée aux enquêtes de police mais quasiment obligatoire pour l'ensemble des citoyens : ce sera le seul dispositif reconnu pour prouver son innocence en cas d'utilisation frauduleuse de son adresse IP...

Vite

À écouter :

À lire :

  1. Le Monde Informatique : La loi LOPPSI veut renforcer la lutte contre la pédopornographie et... le contrôle de l'Internet
  2. Jean-Michel Planche : Après l'HADOPI, l'an 1 de l'internet sans I majuscule
  3. Numerama.com : décryptage : Sarkozy et son oeuvre de contrôle du net
@ suivre
Oliver