Les blan-péyi békés de Guadeloupe

D'après le journal le mika déchaîné, en Guadeloupe, les blans péyi semblent moins puissants que les békés martiniquais.

Ils possèdent environ 10% du foncier agricole et seuls quelques rares exceptions ont su s’adapter en construisant des groupes d’envergure.

Loret notre champion local avec ses 650 millions d’euros de chiffre d’affaires et ses 67 enseignes installées en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à la Réunion, en Métropole, en République Dominicaine, et même en Chine n’a pas à rougir. Mais il fait office d’exception même si d’autres groupes tels que Blandin essaient de suivre l’exemple.

Encore une classe dominante par son influence, sa fortune (même si elle tend à se relativiser), notre caste de blancs créoles est plutôt en voie d’extinction lente. Les jeunes optent de plus en plus pour des carrières à l’étranger, se marient plus en plus avec des individus qui ne font pas partie de la caste (très souvent des blancs métropolitains), les héritages s’éparpillent, les noms s’éteignent peu à peu.

Bragelone, Baimbridge, Raizet etc… ont cessé d’être des noms de familles pour les blancs pays pour n’être plus que des noms de quartiers ou de sections. De 14000 en 1802 ils ne sont aujourd’hui que 2 à 3000 vivant en Guadeloupe. Voilà une tentative de portrait de cette caste encore objet de tant de fantasmes, mais qui au fond nous est de plus en plus éloignée, inconnue et fermée.

Remarques

Il serait simpliste et erroné de considérer la situation actuelle en Guadeloupe et Martinique  comme

  1. un conflit noirs/blancs ;
  2. les "békés comme seuls responsables de la profitasyon"

j'écris que je ne voies pas la crise actuelle comme un conflit "noirs/blancs", hélas quand je voies l'attitude globale de notre gouvernement (préfet, Jego, gendarmes, Alliot Marie sans oublier le brésident Narkozy) j'ai l'impression d'y voir les relents d'un méchant racisme "blanc/noir"; je dis bien "racisme" car en l'espèce "mépris" me semble un doux euphémisme...

Quoique il en soit la composition des cortèges dans les manifestations est à l'image de la Guadeloupe, semblable à une salle de classe normale : multiethnique et multiculturelle, et englobant toutes les couches sociales.

@ compléter